Choose your screen resolution: Auto adjust 800x600 1024x768


La traduction poetique
Scris de mihaiela lazar   
Sâmbătă, 08 Martie 2014 11:57

LA TRADUCTION POETIQUE

 

Prof. Florescu Paula Cristina,

Liceul Tehnologic Constantin Brâncuşi Piteşti

 

Acest articol se opreşte asupra actului de traducere poetică care este capital pentru dialogul între culturi şi mai ales între literaturi, în fond între oameni.

 

Ce travail se propose de faire un schéma de quelques principes de la traduction poétique.

La lecture en vue de la traduction comporte une première étape analogue à la lecture courante : à ce stade on perçoit les structures poétiques, issues du texte. Il s’agit d’une éventuelle suite actancielle, à laquelle s’ajoutent les structures rhétoriques, surtout les métasémèmes. On arrive à dégager les éléments constants, regroupés sur le plan sémantique dans des isotopies. Le texte moderne cultive les allotopies fondées sur la dislocation du discours poétique.

Le principe que nous énonçons ici consiste dans le fait que le niveau de lecture totale ne saurait être atteint que par une attitude créatrice envers le texte poétique. Tant que celui-ci est conçu comme un document philologique, ses lectures ne sont que partielles.

Il existe deux types de traductions : la traduction intralinguale et la traduction interlinguale, rattachées, dans la didactique des langues au procédé de la paraphrase. La traduction intralinguale est moins utilisée en poétique puisque la paraphrase représente une perte considérable d’information poétique.

On peut pourtant imaginer d’autres procédés de traduction intralinguale d’un poème qui incarne la lecture totale créatrice. Le sonnet de Baudelaire « La Beauté »

Je suis belle, o mortels comme un rêve de pierre

Et mon sein où chacun s’est meurtri tour à tour,

Est fait pour inspirer au poète un amour

Eternel et muet ainsi que la matière.

puis on produit une « Antibeauté » dans une relation antonymique :

Je suis laid, déesse, une pierre de rêve

Et mon flanc, où personne n’a mordu jusqu’ici,

Est fait pour libérer la poétesse du souci

Passager et bavard comme lune se lève.

            La lecture totale consiste ici dans l’emploi presque constant des unités contraires au texte initial.

            Mais revenons à la lecture proprement dite. Elle met en parallèle deux codes linguistiques et perilinguistiques. Pour passer des uns aux autres, il existe des opérations adéquates. Tout d’abord il faut procéder à l’analyse sémantique: le texte est décomposé en unités de sens et celles-ci sont divisées en traits sémiques. Pour l’ensemble des niveaux de langue, les procédés les plus connus sont : la transposition, la modulation, l’équivalence et l’adaptation.

            Ces opérations entraînent implicitement des transpositions de relations : la relation d’ordre, les relations entre ensembles, telles la réunion, l’intersection.

Il existe un aller-retour : la première étape, c’est la lecture qui aboutit à la traduction ; le retour, c’est la lecture de la poésie devenue bilingue, qui commence par la traduction pour arriver à l’original. Ce double trajet constitue une lecture super-totale.

Toute traduction, mais surtout la traduction poétique doit envisager les particularités fondamentales de l’original, qui vont être transposées de telle façon que le texte apporte un air frais  dans le nouveau milieu culturel, où il entre par son expression inédite.

Quand on ne peut pas traduire un mot, il faut recourir à la séparation de sa signification dans ses traits constitutifs. Dans la traduction des poèmes de Blaga apparaissent souvent des mots soi-disant intraduisibles du type dor qui n’a pas de correspondant direct en français.

Mais le français dispose, pour le traduire, des termes désir, nostalgie et dans une moindre mesure langueur. C’est  ainsi qu’on a traduit Dorul, titre d’un poème de Blaga par Désir puisque le texte parlait explicitement du désir. Il s’ensuit que la traduction est plus précise que l’originel, celui-ci avait une qualité supplémentaire, fondée justement sur l’ambiguïté produite par le sémantisme de dor. Mais on peut trouver des effets comparables, par exemple si on traduit amiaza noptii par le cœur de la nuit ; en roumain il y a une sorte d’antiphrase, alors qu’en français apparaît une métaphore, mais courante

L’emprunt est la voie directe de résoudre les différences linguistiques, mais aussi sémiotiques. En réalité l’emprunt d’un terme implique aussi la reprise de la chose dénommée, du referant. L’objet en question est lui aussi un signe.

La poésie recourt rarement à des emprunts nouveaux, évitant même les emprunts consolidés, parfois pour des raisons puristes, mais le plus souvent parce qu’elle utilise des mots courants dans des combinaisons inédites.

La traduction poétique produit constamment des calques, surtout des calques de nature sémantique. L’exemple «  ţărână » traduit en français par terre, si par la traduction on peut suggérer le trait supplémentaire de l’original, il se produit un calque sémantique.

Le calque sémantique se réalise massivement dans la traduction des tropes, la métaphore, la métonymie, la synecdoque.

La transposition est l’opération destinée à résoudre les difficultés qui résident dans les différences de structures sémiotiques, linguistiques et extralinguistiques. Les nombreuses dislocations de phrases, l’isolation de l’épithète, l’utilisation de l’élément prédicatif supplémentaire, la non-détermination sont des structures dont la transposition est difficile en français.

La modulation est en réalité une série de transpositions recouvrant tout un processus de pensée. On peut l’illustrer avec un ensemble cohérent, tel que le cycle de Blaga consacré au die Pan.

L’adaptation est rare en poésie, elle s’applique aux productions théâtrales et romanesques où pèsent beaucoup les structures sémiotiques extratextuelles. En poésie l’adaptation aboutit à la création de nouveaux poèmes élaborés à la manière de l’original.

Dans la traduction de la poésie est essentiel de garder la forme prosodique (la rime, le rythme, la structure des strophes), mais cela ne signifie qu’on ne peut pas changer le nombre des syllabes d’un vers.  Pour reproduire en roumain le rythme d’un vers français il est nécessaire, souvent, d’allonger le vers d’une à trois syllabes, mais, une fois choisi le nombre de syllabes, il doit être respecté jusqu'à la fin de la traduction.

          On doit tenir aussi compte que le respect de la forme prosodique, mais aussi du caractère allusif-ambigu de certains mots n’est pas possible sans des modifications au niveau lexical, phrastique et transphrastique : des équivalences, des adjonctions, des suppressions, des compensations, des modifications à l’ordre des vers, des reénonciations.

Toute traduction poétique doit envisager les particularités fondamentales de l’original qui vont être transposées de telle façon que le texte apporte, par son expression inédite,  un air frais dans le nouveau milieu où il entre.

 

 

Bibliographie :

Miclău Paul, Signes poétiques, E.D.P., Bucuresti, 1983.

 

Revista cu ISSN

Martie martisor

Martie martisor

Martie - Martisor Coordonator consilier educativ, profesor Mihaiela Lazar

Read more

O experienta palpitanta Sapte ani in Alg…

O experienţă palpitantă – şapte ani în Algeria!   După câştigarea independenţei Algeriei, în 1962, odată cu plecarea în masă a francezilor, forţa intelectuală a ţării a scăzut considerabil. Primii ani ce...

Read more

Jocul didactic matematic la ciclul prima…

 JOCULUI DIDACTIC MATEMATIC LA CICLUL PRIMAR   Prof. Marşeu Rodica Lavinia Şcoala cu clasele I – VIII Dudeştii Noi, jud Timiş       Adaptarea copilului la munca şcolară se realizează dând caracter de joc multor...

Read more

Planificare model pentru limba engleza i…

Planificare model pentru limba engleza invatamant gimnazial   Incepand cu anul scolar 2011-2012, Ministerul Educatiei, Cercetarii, Tineretului si Sportului a oferit pentru prima data tuturor cadrelor didactice modele de planificari calendaristice. Iata...

Read more

Joc si joaca in literatura romana

JOC ŞI JOACĂ ÎN LITERATURA ROMÂNĂ Prof. Octavian Horia MINDA Şcoala cu clasele I-VIII, Sînandrei, Judeţul Timiş Jocul şi joaca sunt teme foarte des întâlnite în viaţa...

Read more

Aptitudinile

APTITUDINILE     Potrivit manualelor de psihologie, prin aptitudine intelegem o serie de „realitati” psihice si chiar psihofiziologice, cum ar fi predispozitiile sau capacitatile. In sensul larg, aptitudinea reprezinta o expresie a potentialului adaptativ...

Read more

Glanda pineala si al treilea ochi Secret…

GLANDA PINEALĂ ȘI ’’AL TREILEA OCHI’’. SECRETE ALE OMENIRII Prof. Arjoca Mihaela Maria Colegiul tehnic ‘’Ion Mincu” Timișoara Rezumat: Glanda pineală reprezintă încă o necunoscută pentru...

Read more

Cum rezolvam o problema matematica

CUM REZOLVĂM O PROBLEMĂ MATEMATICĂ? Prof. Popa Crina Diana Școala Gimnazială Hășmaș, jud. Arad Una din sarcinile cele mai importante ale profesorului constă...

Read more